Questions et réponses pour les facilitateurs et facilitatrices éventuels

Le Programme d’apprentissage mixte (PAM) vous remercie de votre intérêt à vous joindre à son équipe dynamique de facilitateurs et de facilitatrices. Vous trouverez ci-après une liste de questions fréquemment posées par les nouveaux ou éventuels facilitateurs du PAM.

Rôles et responsabilités des facilitateurs et facilitatrices

Quels sont les rôles et les responsabilités des facilitateurs du PAM?

Les facilitateurs du PAM travaillent avec un cofacilitateur ou une cofacilitatrice pourr faciliter les ateliers du PAM. Ils doivent faciliter un minimum de cinq ateliers pour remplir leur engagement envers le PAM. Après avoir suivi votre séance d’orientation, vous pourrez donner votre nom pour faciliter les ateliers à venir dans votre région. Les coordonnateurs et coordonnatrices régionaux de votre région choisissent une équipe de facilitation parmi les personnes qui ont donné leur nom pour chaque atelier.

Le PAM s’attend à ce que vous vous prépariez minutieusement pour chaque atelier. Dans le cadre de votre préparation, vous communiquerez avec les coordonnateurs régionaux ainsi que les organisateurs et organisatrices de l’atelier du ministère ou de l’organisme. Les organisateurs coordonneront les exigences administratives et logistiques pour l’atelier et peuvent vous donner des renseignements précieux sur les apprenants et les apprenantes et leurs besoins.

Est-ce que tous les ateliers sont cofacilités?

Oui. Chaque atelier est cofacilité par un facilitateur représentant le syndicat et un facilitateur représentant l’employeur.

Pourquoi le PAM utilise-t-il le terme « facilitateur » plutôt que « formateur » ou « instructeur »?

Les ateliers du PAM ont été créés pour favoriser un dialogue entre les membres de l’AFPC et leurs superviseurs et gestionnaires. Ceux qui mènent les ateliers ne sont pas des formateurs ou des formatrices, mais plutôt des facilitateurs d’un processus d’apprentissage. Afin de créer des occasions de dialogue et de réflexion, les méthodes de l’apprentissage expérientiel et de l’éducation populaire sont utilisées. Les facilitateurs guident les apprenants dans une série d’exercices qui favorisent la participation, la discussion, la réflexion, l’analyse critique et la résolution de problèmes. Les apprenants sont encouragés à puiser dans leurs connaissances et leur expérience pour découvrir des réponses et élaborer des stratégies, et les ateliers sont toujours centrés sur l’apprentissage plutôt que sur l’enseignement.

Puisque nous ne sommes pas des « formateurs » ni des « instructeurs », avons nous besoin de bien connaître les sujets des ateliers du PAM?

Bien que le PAM ne s’attende pas à ce que vous soyez un expert en la matière, vous devez acquérir une solide connaissance du sujet de l’atelier. Être à l’aise avec le sujet vous permet de mettre à profit plus efficacement les connaissances des participants et des participantes alors que vous concevez et facilitez des activités d’apprentissage.

Afin de vous aider à approfondir vos connaissances sur le sujet et à vous préparer à la facilitation de votre atelier, les trousses d’apprentissage du PAM offrent aux facilitateurs des notes, des corrigés, des documents à distribuer, des liens vers divers sites Web et des explications détaillées pour chaque activité d’apprentissage.

Combien de temps faut-il réserver à la préparation?

En règle générale, le PAM conseille aux facilitateurs de compter au moins une journée de préparation pour chaque jour d’atelier. Pour un premier atelier, un minimum de deux jours de préparation pour un atelier d’un jour, et de trois jours pour un atelier de deux jours est suggéré. En pratique, le temps de préparation varie pour chaque facilitateur et pour chaque atelier. Certains des facteurs influant sur le temps de préparation comprennent votre connaissance du matériel de la trousse, si vous avez déjà travaillé avec votre cofacilitateur, si votre cofacilitateur a déjà donné l’atelier en question, combien il faut faire de photocopies, etc.

De plus, pour chaque atelier, vous devrez communiquer avec les organisateurs qui pourront vous donner des renseignements généraux sur le milieu de travail. Les organisateurs sont également chargés de distribuer les questionnaires à remplir avant l’atelier (qui se trouvent dans chaque trousse d’apprentissage), ce qui vous permet d’obtenir plus de renseignements sur les participants. Vous pourrez ainsi ajuster votre plan de facilitation au besoin, ou sélectionner les études de cas et les scénarios les plus appropriés pour le groupe.

Qu'est-ce qu'un facilitateur de l'Alliance de la Fonction publique du Canada?

Un facilitateur de l'Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) (FA) est quelqu'un qui a suivi le Cours de formation des formatrices et formateurs de l’Alliance (CFFFA). Le cours a pour objet de promouvoir le réseau des formateurs de l’Alliance et de renforcer les sections locales de l’AFPC, par le biais de la formation en milieu de travail ou à l’échelle de la section locale. Le CFFFA offre aux membres l’occasion d’acquérir des compétences et de l’assurance, dans le but d’entreprendre des activités d’éducation syndicale à l’intérieur de leurs sections locales, de leurs éléments et de leurs régions. Les participants explorent les moyens de cerner les besoins en matière de formation, de fixer des objectifs de formation, d’animer des discussions et de préparer des ateliers et des séminaires. Les exercices pratiques montrent aux participants comment choisir parmi les divers outils et techniques et les utiliser, et comment favoriser une dynamique de groupe positive. Ils sont aussi exposés aux principes de l’éducation populaire et de l’éducation des adultes, et aux éléments d’un apprentissage efficace.

Un FA engagé est une personne qui :

  • Dispense souvent aux membres d’une section locale une formation syndicale qui abordera les questions intéressant l’élément et les questions locales et régionales. Voici d’ailleurs des exemples de formation à l’échelle de la section locale : initiation de discussions en milieu de travail sur les dossiers courants et les campagnes, distribution de sommaires sur les bureaux ou par courrier électronique, et planification de séances d’information sur l'heure du midi;
  • Initie des possibilités d’apprentissage (c.-à-d. les initiatives des éléments, dans les sections locales et au niveau des comités régionaux);
  • Est disposée à rédiger un plan;
  • Recrute activement des membres qui suivront des cours ou une autre formation syndicale;
  • Recherche les occasions de collaborer avec des partenaires de coalitions;
  • Participe à la conception du plan d’éducation regional;
  • Demeure en contact avec d’autres FA et l’agent ou l’agente d’éducation regional;
  • Initie des occasions de perfectionnement des FA;
  • Entretient des liens avec l’élément en matière d’éducation;
  • Contribue régulièrement au bassin de ressources et d’outils du réseau des FA;
  • Cerne les besoins en matière d’apprentissage identifiés par les membres militant dans les structures des éléments et les structures locales et régionales, et en fait part dans le cadre du processus de planification régionale;
  • Est membre syndical engagé et a atteint un certain degré de perfectionnement à l’intérieur du syndicat;
  • Respecte et met en application toutes les politiques de l’AFPC dans son travail comme FA.

J’aimerais faciliter des ateliers, mais je ne souhaite pas le faire dans mon propre ministère ou organisme. Est-ce possible?

Oui. En fait, certains facilitateurs expriment une préférence pour faciliter des ateliers hors de leur ministère ou organisme, du moins au début. Comme les facilitateurs se portent volontaires pour s’occuper de séances en particulier, votre intérêt et votre disponibilité détermineront quelles séances vous faciliterez.

Devrai-je me déplacer?

Le plus souvent, les facilitateurs s’occuperont des ateliers organisés dans leur région respective. Comme le PAM essaie toujours de réduire au minimum les coûts liés à la planification et à la facilitation des ateliers, il limite le temps et les frais de déplacement dans la mesure du possible.

Si je dois me déplacer, qui paiera les frais?

Les salaires des facilitateurs (et les heures supplémentaires, le cas échéant) seront payés par leur ministère ou organisme respectif. Tous les autres frais seront payés par le PAM (p. ex. frais de voyage des facilitateurs, location de locaux externes pour les ateliers, impression et expédition du matériel d’apprentissage, etc.).

Qu’arrive-t-il si je dois faire des heures supplémentaires?

Comme les salaires sont payés par votre ministère ou organisme, les heures supplémentaires doivent faire l’objet d’une discussion entre vous et votre superviseur. Le PAM encourage les facilitateurs à se déplacer et à se préparer durant leurs heures normales de travail.

Poser sa candidature pour devenir facilitateur

Les facilitateurs représentant le syndicat doivent-ils tenir un rôle au sein du syndicat?

Non. Un facilitateur représentant le syndicat est un membre en règle d'un agent négociateur dont la candidature est appuyée par un agent négociateur. Certains facilitateurs représentant le syndicat tiennent un rôle au sein du syndicat tandis que d’autres non.

Je ne suis pas un gestionnaire délégué. Puis-je quand même être un facilitateur représentant l’employeur?

Oui. Certains facilitateurs représentant l’employeur sont des gestionnaires; d’autres sont sélectionnés par leur organisation pour représenter l’employeur au sein du PAM. Les facilitateurs représentant l’employeur ne doivent pas être des militants ou des militantes, ou des délégués syndicaux, ou siéger à des comités syndicaux.

Est-ce possible pour un membre du personnel syndiqué d’être un facilitateur représentant l’employeur?

Oui. Beaucoup de gestionnaires de la fonction publique sont ou ont déjà été membres du personnel syndiqué de l'administration publique centrale. Les facilitateurs représentant l’employeur ne peuvent pas être présentement actifs à un agent négociateur (par exemple, ils ne peuvent pas y occuper un poste, siéger à des comités d'un agent négociateur ou faciliter des événements d'un agent négociateur .

Qu’est-ce qu’un « répondant » et qui se qualifie comme tel?

Un répondant ou une répondante est quelqu’un qui peut confirmer que le candidat ou la candidate sera un représentant ou une représentante crédible d'un agent négociateur ou de l’employeur. Le répondant pour les facilitateurs représentant le syndicat sera habituellement un représentant syndical comme un employé d'un agent négociateur ou un dirigeant ou une dirigeante syndical élu. Pour les facilitateurs représentant l’employeur, ce sera souvent le gestionnaire du candidat.

Lors de la sélection d’un répondant, les candidats choisissent habituellement quelqu’un qui fait la promotion active du PAM et qui peut les appuyer dans leurs efforts à titre de facilitateur. Le répondant n’est pas une référence personnelle ou quelqu’un qui commente sur les aptitudes du candidat à devenir facilitateur.

Pourquoi un courriel est-il envoyé au superviseur ou au gestionnaire du candidat?

Le succès du PAM repose sur un bassin actif de facilitateurs volontaires qui s’engagent à faciliter un minimum de cinq ateliers. Le PAM a déterminé que l’établissement de relations positives avec votre gestionnaire est un facteur crucial pour que vous soyez en mesure de remplir votre engagement de faciliter des ateliers. Le courriel initial envoyé à votre gestionnaire et à votre répondant décrit les avantages et les responsabilités se rattachant à la facilitation au PAM. Si vous êtes sélectionné comme facilitateur éventuel et êtes invité à une séance d’orientation, votre gestionnaire et vous devrez signer une entente avec le PAM afin que les attentes soient claires pour tout le monde.

Je ne souhaite pas faciliter tous les sujets du PAM. Prendrez-vous quand même ma candidature en considération?

Absolument. De nombreux facilitateurs préfèrent se limiter à un des sujets. Dans certains cas, les facilitateurs ont un intérêt ou des connaissances dans un domaine particulier, et dans d’autres, ils se sont rendu compte qu’en concentrant leurs efforts sur un sujet, ils peuvent réduire leur temps de préparation et faciliter des ateliers plus efficacement.

Lorsque le PAM étudie votre candidature, il examine vos préférences d’atelier afin de planifier la séance d’orientation. Une fois que vous êtes devenu facilitateur, ce sera à vous de donner votre nom pour les ateliers que vous aimeriez faciliter, et vous ne serez donc pas limité aux préférences que vous avez données.

Facilitation des ateliers

Comment les ateliers sont-ils planifiés?

Le syndicat et la direction à n’importe quel échelon soumettent une demande conjointe pour qu’un atelier du PAM soit tenu dans leur milieu de travail. Sur approbation du PAM, l’atelier est annoncé sur le site Web du PAM et les facilitateurs sont invités à donner leur nom pour faciliter cet atelier.

Comment les participants sont-ils sélectionnés et recrutés?

Les participants qui sont des membres du personnel syndiqué et leurs gestionnaires sont sélectionnés par les organisateurs de l’atelier. Comme l’un des objectifs principaux de l’apprentissage mixte est d’améliorer les relations syndicales-patronales dans le milieu de travail, les participants à l’atelier sont souvent des collègues. Les ateliers du PAM sont conçus dans cette optique; par conséquent, ils encouragent les participants à bâtir des relations, à mettre en pratique leurs aptitudes en résolution de problèmes et à déterminer des mesures qu’ils peuvent appliquer conjointement en milieu de travail.

Combien y a-t-il de participants à chaque atelier? Devrait-il y avoir un équilibre syndical-patronal (moitié-moitié)?

Compte tenu de l’utilisation de méthodes participatives, il ne devrait pas y avoir plus de 20 participants à chaque atelier. Pour la plupart des ateliers, il n’est pas nécessaire d’avoir une représentation égale des employés et de l’employeur. L’idéal est d’avoir un mélange de représentants du personnel, du syndicat, des superviseurs et de la direction.

Qui est la personne qui appuie votre demande?

La personne qui appuie votre demande doit pouvoir attester de votre crédibilité comme représentant d'un agent négociateur ou de l’employeur. La personne qui appuie la demande des facilitateurs - syndicat est d’habitude un représentant syndical tel qu’un employé d'un agent négociateur ou un dirigeant syndical élu. La personne qui appuie la demande des facilitateurs - employeur est souvent leur gestionnaire.

La personne qui appuie votre demande n’agit pas à titre de référence personnelle ou de juge de vos talents de facilitateurs.

Quelles sont les responsabilités de l’organisateur et quelles sont celles des facilitateurs?

Les facilitateurs et les organisateurs travaillent ensemble pour créer des ateliers efficaces et sont encouragés à entrer en contact tôt dans le processus de planification. Chaque atelier a deux organisateurs – un désigné par le syndicat et un désigné par le ministère/organisme. Les organisateurs trouvent les locaux pour l’atelier, s’occupent des rafraîchissements (s’il y a lieu), sélectionnent et recrutent des participants, et se chargent généralement des questions logistiques. Les organisateurs sont également responsables de distribuer les questionnaires à remplir avant l’atelier. Les facilitateurs sont responsables pour leur part de tous les aspects relatifs à l’apprentissage de la planification et de la facilitation des ateliers.

Qui fait les photocopies et prépare le matériel d’apprentissage?

Les cofacilitateurs sont responsables de tout le matériel d’apprentissage. (Les facilitateurs sont encouragés à utiliser si possible les photocopieurs de leur lieu de travail pour faire les photocopies.) Dans certains cas, les organisateurs peuvent fournir une aide pour les photocopies, mais cette responsabilité incombe généralement aux facilitateurs. Le PAM expédiera une partie du matériel, comme les cartons d’identification, à l’endroit où se tiendra l’atelier.

Comment les coordonnateurs régionaux sélectionnent-ils l’équipe de facilitation?

Lorsqu’ils sélectionnent une équipe pour chaque atelier, les coordonnateurs régionaux prennent en considération des facteurs tels que l’expérience préalable des facilitateurs, la disponibilité, les coûts et la répartition équitable des affectations de facilitation.

Pour ce qui est des ateliers sur le respect des différences – la lutte contre la discrimination, nous exigeons en plus que chaque équipe de facilitation comprenne un membre d’un groupe qui a été historiquement désavantagé dans la société canadienne et qui continue de faire face à la discrimination en milieu de travail. De plus, les deux facilitateurs doivent démontrer un engagement à l’égard de l’élimination de la discrimination sous toutes ses formes et avoir de l’expérience de travail sur la diversité et la lutte contre l’oppression.

Pourquoi exigez-vous une expérience supplémentaire pour la facilitation de la trousse Respect des différences – la lutte contre la discrimination? Que veut dire « expérience de travail sur la diversité – lutte contre la discrimination »?

La facilitation dans un milieu possiblement très émotif exige des aptitudes particulières, y compris un haut degré de sensibilité et un respect profond. Les facilitateurs devront faire appel à leurs connaissances et à leur expérience, non seulement pour aménager un milieu de soutien sécuritaire et stimulant, mais aussi pour répondre correctement en puisant dans leur propre analyse de la discrimination et de la lutte contre la discrimination si la dynamique de groupe est difficile ou éventuellement difficile.

L’expérience de travail sur la diversité et la lutte contre l’oppression peut découler d’une expérience directe de discrimination, ou avoir été acquise en suivant des cours ou en lisant sur le privilège, le racisme, l’homophobie et d’autres enjeux liés aux droits humains, en participant à un comité d’équité en matière d’emploi ou en donnant de la formation sur la diversité.

Travaillerai-je nécessairement avec le même cofacilitateur pour différents ateliers?

Non. Bien que certains facilitateurs demandent de travailler en équipe pour plus d’un atelier, la plupart des facilitateurs sont heureux de travailler avec différents cofacilitateurs.

Quand je facilite un atelier, quel type de congé dois-je prendre?

Lorsque vous facilitez un atelier, vous n’êtes pas en congé. Vous travaillez, même si vous n’êtes pas à votre lieu de travail habituel. Si vous devez vous déplacer, votre ministère ou organisme s’attendra à ce que vous remplissiez un formulaire d’autorisation de voyage à des fins d’assurances.

Qu'est-ce que j'ai besoin de faire pour donner l'atelier sur la Santé mentale au travail?

Les facilitateurs intéressés dans la prestation de cet atelier doivent être accrédités par le programme Premiers Soins en Santé mentale et/ou avoir participé, au préalable, à une séance-pratique sur la Santé mentale au travail. Si vous désirez être considéré pour faciliter cet atelier, veuillez communiquer avec votre CR.

Perfectionnement et soutien offerts aux facilitateurs

Que puis-je attendre de la formation et du perfectionnement?

Tous les facilitateurs éventuels du PAM participeront à une séance d’orientation de cinq jours où les méthodes de l’apprentissage expérientiel et un maximum de deux trousses d’apprentissage du PAM leur seront présentés.

Après la séance d’orientation, les coordonnateurs régionaux essaient de s’assurer que les nouveaux facilitateurs sont placés en équipe avec un facilitateur plus expérimenté pour leur premier atelier.

Des séances pratiques sont tenues régulièrement dans chaque région à l’intention des facilitateurs actuels, afin de leur présenter des trousses d’apprentissage supplémentaires ou de leur donner une occasion de perfectionner leurs aptitudes.

Les autres facilitateurs du PAM sont aussi une importante source de soutien. La section protégée par mot de passe du site Web du PAM contient des listes des coordonnées d’autres facilitateurs du PAM et vous êtes encouragé à échanger des idées et du matériel avec eux. Vous y trouverez également les trousses d’apprentissage et d’autres outils que vous pouvez télécharger.

J’ai déjà beaucoup d’expérience en facilitation. Dois-je quand même assister à la séance d’orientation?

Oui. Le PAM exige que tous les facilitateurs éventuels assistent à la séance d’orientation.

J’ai encore des questions. Avec qui devrais-je communiquer?

Si vous avez des questions générales sur le PAM, veuillez communiquer avec votre coordonnateur régional. Si vous avez des questions techniques lorsque vous remplissez le formulaire de candidature, veuillez communiquer avec le PAM au 613-560-2595 ou à jlp-pam@psac-afpc.com.